Les premières traces du village d’Oppens sont liées à celui de Wileroltigen, situé au confluant de l’Aar et de la Sarine, dans le canton de Berne, qui a fêté ses 1000 ans en 2006. En effet la commune d’Oppens est mentionnée dans d’anciennes archives du lieu. «C’est en 1006 que l’on rencontre les premières mentions du comté d’Oltigen (centré à Wileroltigen). Il comprend alors des lieux comme Opolengis (Oppens), Rode (Rue), Saint-Aubin près d’Avenches, Arconciel, Vully, Resuldens, Lugnorre (…)». Le village d’Oppens fait donc une entrée dans l’histoire en 1006 déjà, soit nonante-cinq ans avant sa première mention existant aux Archives cantonales vaudoises. Grâce à son nom latin, Opolengis, on trouve dans les archives de l’Abbaye de Saint-Maurice (VS) une convention entre l’Abbé valaisan, par ailleurs aussi archevêque de Lyon, et l’évêque d’Aoste. Ce document est daté du «mardi avant le Carême, la 13e année du règne de Rodulph à Agaune»: le 20 février 904. Par ce texte, l’évêque d’Aoste «donne à Saint-Maurice le droit qu’il a sur Opolengis dans le comté nommé Ottingin (une orthographe attestée pour Oltigen).» Plus précisément, on apprend que ce droit a été donné à la mère de l’évêque par le roi de Bourgogne Chuonrad, et qu’il concerne des «prés, pâturages, forêts, eaux, etc., et cela contre une terre de Saint Maurice (…)». Eh bien, 1108 ans plus tard, le décor autour de notre beau village est resté le même.

(Texte et recherche: Emmanuel Barraud)

dans les archives