Plantes envahissantes

Solidage du Canada colonisant une prairie

Les plantes envahissantes ou néophytes invasifs sont des espèces exotiques introduites soit volontairement (à des fins horticoles ou alimentaires) soit involontairement (par les différents moyens de transports) dans nos régions et qui y trouvent des conditions idéales pour un développement rapide, souvent au détriment à la flore locale.

En Suisse y a environ 3’000 espèces de plantes dont 500 à 600 néophytes. Parmi ces dernières, 57 sont envahissantes ou potentiellement envahissantes et parfois même, pour certaines, dangereuses pour la santé.


Le terme néophyte qualifie les plantes qui sont apparues après 1500, date à laquelle ont débuté les échanges intercontinentaux (après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb) et par la même l’arrivée d’espèces de plantes importées de ces nouvelles contrées.


Si, parmi ces néophytes, de nombreuses plantes comme le maïs, la pomme de terre ou encore la tomate, ont acquis un rôle central dans notre alimentation, et ne posent pas de problèmes d’envahissement comme la plupart des néophytes, une cinquantaine de plantes en Suisse représentent une menace non seulement pour la biodiversité, mais aussi pour l’agriculture, les infrastructures ou encore la santé publique. Dans le canton de Vaud, une liste de 13 espèces a été établie contre lesquelles la lutte est prioritaire.

Les espèces suivie d’un astérisque sont mentionnées dans l’ Ordonnance sur la dissémination dans l’environnement (ODE) et sont interdites d’utilisation. D’autres espèces, comme le Buddléia ou les Laurelles sont malheureusement encore commercialisées. Actuellement 8 espèces appartenant à cette liste sont présentes sur le territoire de la commune et présentées ci-dessous.

  • Buddléia de David

Comment lutter ?

Tout d’abord renoncer à acquérir ces plantes. Par exemple une haie de Laurelle peut être remplacée par des plantes indigènes, comme le Troène qui garde ses feuilles tout au long de l’année.

Pour des espèces comme la Vergerette annuelle ou le Solidage du Canada, l’arrachage manuel avant la montée en graines est à préférer à la fauche, qui stimule la croissance des plantes.

Pour les plantes ligneuses. l’arrachage est la meilleure méthode, mais peut s’avérer plus difficile.

Important: Ces espèces ne doivent pas être mise sur le compost ou dans la nature mais dans des sacs poubelle pour l’incinération.

La municipalité est à disposition pour répondre à vos questions et vous conseiller.  a.maillefer@humagis.ch / 078 658 77 00

Liens utiles:

Infoflora   Centre national de données et d’informations sur la flore de Suisse

Site de l’état de Vaud